Mesurer la vraie liquidité d’un ETP

Ce n’est plus un secret pour personne, les ETPs poursuivent leur croissance en popularité avec des niveaux records dépassant les 6000 milliards de dollars sur les actifs mondiaux d’ETP et d’ETF en 2019. La combinaison d’une transparence améliorée, de coûts réduits et d’une liquidité accrue ont fait cette classe d’actifs l’alternative préférée aux fonds communs de placement traditionnels. Malgré la notoriété accrue de ces produits, certaines idées trompeuses persistent – notamment au sujet de la liquidité.

Lorsque les investisseurs vérifient les données sur la liquidité, les étapes sont relativement simples. Vérification du cours acheteur, du cours vendeur et du volume négocié. Plus le « spread » est petit et plus le volume est élevé, plus le produit est liquide. C’est simple, non ? En fait, oui et non. Dans le cas d’une action ordinaire ce qui précède est vrai. Cependant, lorsque l’on considère la même chose pour les ETP (qui incluent les ETF), l’indicateur de liquidité comporte d’autres paramètres.

Avant d’explorer plus en détail le concept de la liquidité des ETP, passons en revue quelques termes clés propres à ces produits.

    •     Participant autorisé (Authorized participant) – Généralement, une grande institution financière,

comme une banque d’investissement qui est en contact direct avec l’émetteur.

    •     Teneur de marché (Market Maker) – Institution financière qui a un contrat avec une place

financière pour fournir les cours d’achat et de vente pendant la journée. Dans de nombreux cas, le participant autorisé est également le teneur de marché.

Contrairement aux fonds communs de placement et aux fonds de type fermé, les ETP ont un mécanisme de rachat inhérent, qui aide à maintenir le prix du marché en ligne avec sa valeur nette des actifs. Comme avec les actions normales, le prix de l’ETP fluctue tout au long de la journée, le participant autorisé peut intervenir et effectuer l’une des opérations suivantes:

    a.     Si le prix du marché > valeur nette des actifs, le participant autorisé peut acheter les actions

sous-jacentes et les échanger simultanément contre des titres ETP, qui peuvent ensuite être vendues aux investisseurs.

    b.     Dans le scénario opposé, où la valeur nette des actifs > prix du marché, le participant autorisé

peut acheter des titres ETP et les échanger contre les actions sous-jacentes, qu’il vendra ensuite sur le marché pour réaliser un bénéfice sans risque.

Ce mécanisme d’arbitrage n’est disponible que pour les participants autorisés qui traitent directement avec l’émetteur d’ETPs sur le marché primaire. Étant donné que les investisseurs particuliers n’ont accès qu’au marché secondaire, ils peuvent alors acheter et vendre des titres ETP sur une bourse réglementée (comme la Bourse de Londres ou Euronext Amsterdam) par l’intermédiaire d’un courtier, comme ils le feraient avec n’importe quelle autre action. Comme les ETPs sont des fonds ouverts, ce qui signifie que de nouvelles unités peuvent être créées / remboursées selon les besoins, la liquidité réelle dépend davantage de l’action sous-jacente. Par exemple, si un investisseur souhaite acheter des titres ETP supplémentaires sur une place boursière, le participant autorisé effectue une transaction avec l’émetteur ETP afin de créer de nouvelles parts, si nécessaire.
Conclusion

De faibles volumes sur les ETPs n’indique pas un manque de liquidité, et l’investisseur est mieux informé en vérifiant le volume quotidien moyen des actions qui constituent l’ETP. Étant donné que la plupart des actifs sous-jacents suivis par les ETP sont très liquides, la plupart peuvent attirer des dizaines de millions sans avoir un impact négatif sur la liquidité des actifs sous-jacents. C’est essentiellement le cas même si l’ETP a une quantité d’actifs sous-jacents relativement faible.