fbpx

Apple: Product Pricing vs the Recession

Apple has had quite the year so far, both in terms of stock valuation and market reach. Apple is a veritable repository of case studies on marketing and promotions for products in a space that is hotly contested globally. However, given trends in its net sales and dominant product types, there is ample room for a word of caution.

Revenue Segments and Trends

As per Apple’s financial statements, the share of net sales (i.e. revenue) disaggregated by region as well as product type is shaping up to be largely the same as that seen in its FY 2021 results:

Two facts that become clear are:

  • The Americas is the biggest driver for revenue, with all of Asia (i.e. China, Japan and the rest of Asia-Pacific region) together coming nowhere close. This makes Apple an « American » story. 
  • Outside of the iPhone, no other product comes close to having as much relevance to being a revenue driver. This makes Apple more of a « smartphone » company than anything else. 

In terms of trends seen both in Year-on-Year (YoY) as well as the quarter-on-quarter (QoQ) since the last FY results, the picture gains additional detail:

Three additional points of distinction gained from this are:

  • While all of Asia (particularly China) was the driver for explosive revenue growth in FY 21, the region now shows increasingly ominous revenue decline in the Year Till Date (YTD). 
  • While Europe trends towards a decline as well, the Americas is the only region showing the least decline in the previous quarter. 
  • Revenue trends in two products that traditionally accounted for nearly 60-65% of all its revenues – the iPhone and Mac – have witnessed a solid collapse in revenue with other product segments not picking up the slack. 

Total net sales in the three quarters since last FY’s results stand at being 16.9% lower than the previous FY. Ordinarily, as trend analysis studies in articles in the past had shown, this would have been enough to suggest that it’s a safe bet that Apple could break even by FY-end and perhaps even show a modest gain. However, this doesn’t imply that the forward outlook is going to be similar – at least in terms of unit sales. 

The Cost-Price Gap

Apple’s iPhone line has nearly always maintained a high markup relative to the cost it incurs from its contract manufacturers.

For instance, it has been estimated that the previous model – the iPhone 13 – has at least a 75% base markup.

In another prior model – the iPhone X – it was estimated that the cost of parts relative to price was the lowest among its top competitors (including its own predecessor):

It’s a fair bet that the iPhone 14’s competitors – both present and future – would show a similar level of disparity in terms of the « cost-price gap ». 

The higher price point doesn’t necessarily imply a better or feature-rich experience, as Apple’s bete noire Samsung – and comparable product manufacturer – is fond to point out. For example, in September 2012, Samsung ran an ad with the tagline « It Doesn’t Take a Genius » in major newspapers all across the Western Hemisphere touting its product’s features relative to those of the iPhone 5:

Almost exactly 10 years later, Samsung ran a series of social media campaigns about the iPhone 14’s big upgrade – the 48-megapixel camera:

Some Theories about Apple’s Market Resilience

Given that Apple doesn’t necessarily produce « best-in-class » smartphones relative to their price points, the question of market resilience (at least in the U.S.) can be estimated in historical terms.

First, the company’s excellent relationship with telecom service providers meant that the product’s high costs were « belayed » across a two-year period. Historically, this meant that the provider would earn a little more than the phone’s upfront cost over a two-year period while locking the customer into a contract for that period. In exchange, Apple is able to transfer the « payment default risk » off its books. Recent initiatives, however, have drawn the two-year payment plan’s costs largely on par with that of the upfront cost across all carriers, including Apple’s « in-house » store. 

Second, Apple’s PR campaigns have helped foster a unique sense of « social equity » among the buying public over the years. This sense of « social equity » from the mere act of owning a device has led to some rather amusing consequences: over the years, media outlets have highlighted surveys indicating that iPhone users in the U.S. prefer not to date Android phone users. For example, a survey by Match.com confirmed this in 2017 while a survey by Decluttr confirmed it again in 2018. In 2022, a survey by British price comparison platform MoneySuperMarket (which also received significant mentions in digital media) on dating sites across the Western Hemisphere which indicate the device used show that Apple users get more matches than Android users

However, a word to the wise: surveys are only as good as their sampling techniques and ripe for all sorts of interpretation. For example, in 2022, app-based motor insurance startup Jerry found that Apple users tend to be poorer, have lower credit scores and are worse drivers than Android users. All the surveys mentioned were done on relatively smaller scales and aren’t as carefully designed as those executed by, say, the Pew Research Center.

The popularity of the optics associated with this imputation of « social equity » is an important lesson in « branding » that business school graduates, startup founders, « tech gurus » and social media influences have studied and emulated ever since it became apparent that not having the « best-in-class » doesn’t necessarily exclude one from being able to lead in a race.

The third point is rather intuitive: switching devices is a relatively easier experience if the new device has the same operating system. iOS is exclusive to iPhones while Android users have a wide range of phone makers to choose from. Thus, it’s more likely that an existing iPhone user will switch to another iPhone. It bears noting that this is largely a matter of perception: given that the « range of use » for most phone users is rather standardized, this implies a rather flat learning curve for device switching in either direction.  

The choice of « paying more » for « less » isn’t necessarily a choice that most customers would be comfortable with in more recent times. 

Global Smartphone Shipments Are Falling

It has been estimated that, as of Q2 2021, Apple’s share in global smartphone shipments have shrunk back to nearly Q1 2021 levels:

In the U.S., the company’s market share has shrunk back to Q3 2021 levels, with Samsung being a net beneficiary in recent times:

However, it bears noting that smartphone shipments have been falling in the YTD:

The quarter-wise « heat map » indicates that neither Apple nor Samsung have maintained a constant winning streak in comparative performance. 

In terms of pricing, Apple products globally and predominantly compete against a set of products offered by Samsung and Xiaomi. In the QoQ trends in the YTD until Q2 2022, Apple has had a precipitously larger fall in shipments relative to the other two global rivals:

As previous articles on U.S. wages and debt indicated, there is an increasing tendency among the U.S. buying public to not spend, given inflationary effects and rising debt (and loan defaults which the Federal Reserve considers to be « masking potential distress »). Paying « more » for « less » is increasingly less sound (financially) than, say, two years ago.

Price Ratio Trends

There’s a very good reason why Apple’s stock should be considered a « bellwether » indicator for the S&P 500 and vice versa. Lets consider the Price to Earnings (PE) Ratio of the two in recent years:

The median value is a reasonable « baseline » for longitudinal trends when coupled with correlation of observations. While observations can indeed go north or south of the median, the correlation will advise on its degree of correctness. 

With these in mind, 2020 was a stalwart year: the implied PE Ratio of both the index and the company’s stock were nearly identical with a very high correlation. The buying spree observed in the company’s products in 2021 imputed a much higher median on the company’s stock and upended the correlation with the index, thus imputing an « overvaluation » effect. In the YTD, this effect is winding down and correlation has a « steady increase » effect in more recent observations. 

What also needs bearing in mind is that the S&P 500’s PE Ratio is nowhere close to the historical average built up over the course of the 21st century and much farther away from the lows seen in the financial crisis of 2008.

In other words, given the company’s historic « bellwether » status with the S&P 500 and the fact that the underlying factors affecting consumption haven’t received adequate remedy yet, there is no reason to assume that the bottom is apparent just yet – either with the index or the company’s stock. 

Exchange-Traded Products (ETPs) offer substantial potential to gain magnified exposure with potential losses limited to only the invested amount and no further. Learn more about Exchange Traded Products providing exposure on either the upside or the downside to the S&P 500, and the upside or the downside to Apple’s stock.

Articles Similaires

A quick study on the effects of market behaviour on the returns of a 3X ETP vs a 2X ETP.
A quick study on the effects of market behaviour on the returns of a 3X ETP vs a 2X ETP.

Chercher

Search
Generic filters
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in excerpt
Filter by Categories
Education FR
ETPs
Featured FR
In the press FR
Insight FR
Market Insights FR
Research FR
Uncategorized
WebsimFR
Search
Generic filters
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in excerpt
Filter by Categories
Education FR
ETPs
Featured FR
In the press FR
Insight FR
Market Insights FR
Research FR
Uncategorized
WebsimFR

Violeta Todorova

Senior Research

Violeta a rejoint Leverage Shares en septembre 2022. Elle est chargée de mener des analyses techniques et des recherches sur les actions et macroéconomiques, fournissant des informations importantes pour aider à façonner les stratégies d’investissement des clients.

Avant de rejoindre LS, Violeta a travaillé dans plusieurs sociétés d’investissement de premier plan en Australie, telles que Tollhurst et Morgans Financial, où elle a passé les 12 dernières années de sa carrière.

Violeta est une technicienne de marché certifiée de l’Australian Technical Analysts Association et est titulaire d’un diplôme d’études supérieures en finance appliquée et investissement de Kaplan Professional (FINSIA), Australie, où elle a été conférencière pendant plusieurs années.

Julian Manoilov

Analyste senior

Julian a étudié l’économie, la psychologie, la sociologie, la politique européenne et la linguistique. Il possède de l’expérience en matière de développement commercial et de marketing grâce à des entreprises qu’il a lui-même créées.

Pour Julian, Leverage Shares est une entreprise innovante dans le domaine de la finance et de la fintech, et il se réjouit toujours de partager les prochaines grandes avancées avec les investisseurs du Royaume-Uni et d’Europe.

Oktay Kavrak

Directeur

Oktay a rejoint Leverage Shares fin 2019. Il est responsable de la croissance de l’activité à travers des relations clés et le développement de l’activité commerciale sur les marchés anglophones. 

Il a rejoint LS après UniCredit, où il était responsable des relations avec les entreprises pour les multinationales. Il a également travaillé au sein de sociétés telles qu’IBM Bulgarie et DeGiro / FundShare dans le domaine de la finance d’entreprise et de l’administration de fonds.

Oktay est titulaire d’une licence en finance et comptabilité et d’un certificat d’études supérieures en entrepreneuriat du Babson College. Il est également détenteur de la certification CFA.

Sandeep Rao

Recherche

Sandeep a une longue expérience des marchés financiers. Il a débuté sa carrière en tant qu’ingénieur financier au sein d’un hedge fund basé à Chicago. Pendant huit ans, il a travaillé dans différents domaines et organisations, de la division Prime Services de Barclays Capital à l’équipe de recherche sur les indices du Nasdaq (plus récemment).

Sandeep est titulaire d’un master spécialisé en finance et d’un master en administration des affaires de I’Institut de technologie de Chicago.

Welcome to Leverage Shares

Conditions Générales Notice Si vous n’êtes pas considérés comme un investisseur institutionnel, vous serez donc classés comme investisseur particulier. Pour le moment, nous ne pouvons pas envoyer de communications directement aux investisseurs particuliers. Vous êtes invités à consulter le contenu de ce site web et à enregistrer vos coordonnées afin que nous puissions vous contacter dans l’avenir, mais nous ne vous enverrons aucun document directement. Si vous considérés comme un « Investisseur institutionnel », vous affirmez soit que vous êtes effectivement un client professionnel, soit que vous souhaitez être traité comme un client professionnel tel que défini dans la directive sur les marchés d’instruments financiers, ou un équivalent dans une juridiction extérieure à l’Espace économique européen. Ce site web est géré par Leverage Shares Management Company, qui est une société à responsabilité limitée et est constituée en Irlande avec des sièges sociaux au 2 Grand Canal Square, Grand Canal Harbour, Dublin 2. Le contenu de ce site Web a été approuvé en vertu de la S21 de la Financial Services and Markets Act 2000 par Resolution Compliance Limited. Resolution Compliance Limited est autorisée et réglementée par la Financial Conduct Authority (FRN 574048). Ce site web est fourni à titre informatif uniquement et ne constitue pas un conseil en investissement ou une offre de vente ou une sollicitation d’achat ou d’investissement. Rien sur ce site web ne constitue un conseil sur le bien-fondé d’un produit ou d’un investissement, rien ne constitue un conseil d’investissement, juridique, fiscal ou tout autre conseil, ni ne doit être utilisé pour prendre une décision d’investissement. Les investisseurs potentiels doivent obtenir des conseils en investissement indépendants et s’informer des exigences légales applicables, des réglementations de contrôle des changes et des taxes dans leur juridiction. Ce site web est conforme aux exigences réglementaires du Royaume-Uni. Il peut y avoir des lois dans votre pays, lieu de résidence ou dans le pays à partir duquel vous accédez à ce site web qui restreignent la mesure dans laquelle le site web peut être mis à votre disposition. Visiteurs des États-Unis Les informations fournies sur ce site ne s’adressent à aucune personne résidante aux États-Unis, ni à aucune personne citoyenne des États-Unis, à aucun de ses États ou à aucun de ses territoires ou possessions. Personnes accédant à ce site Web dans l’Espace économique européen L’accès à ce site est limité aux non-américains. Aux personnes en dehors des États-Unis au sens du règlement S en vertu de la loi américaine Securities Act de 1933, telle que modifiée (la «Securities Act»). Chaque personne accédant à ce site, ce faisant, reconnaît que: (1) il ne s’agit pas d’une personne américaine (au sens du règlement S en vertu de la Securities Act) et est situé en dehors des États-Unis (au sens du Règlement S en vertu de la Securities Act); et (2) tous les titres décrits dans le présent document (A) n’ont pas été et ne seront pas enregistrés en vertu de la Securities Act ou auprès d’une autorité en valeurs mobilières d’un État ou d’une autre juridiction et (B) ne peuvent être offerts, vendus, mis en gage ou autrement transférés sauf aux personnes en dehors des États-Unis conformément au règlement S en vertu de la Securities Act conformément aux conditions de ces titres. Aucun des fonds figurant sur ce site Web n’est enregistré en vertu de la loi américaine sur les conseillers en investissement de 1940, telle que modifiée (la «loi sur les conseillers»). Exclusion de responsabilité Certains documents mis à disposition sur le site Internet ont été préparés et émis par des personnes autres que Leverage Shares Management Company. Cela inclut tout document de prospectus. Leverage Shares Management Company n’est en aucun cas responsable du contenu d’un tel document. Sauf dans ces cas, les informations sur le site ont été fournies de bonne foi et tous les efforts ont été faits pour en assurer l’exactitude. Néanmoins, Laverage Shares Management Company ne sera pas responsable des pertes résultant de la confiance accordée à une partie du site Web et elle garantit l’exactitude de toute information ou contenu sur le site Web. La description de tout titre ETP mentionnée dans ce site web est générale. Les termes et conditions applicables aux investisseurs seront précisés dans le Prospectus, disponible sur le site Internet et devront être lus avant tout investissement. Avertissements concernant les risques La valeur d’un investissement dans des ETP peut baisser ou augmenter et les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. La négociation d’ETP peut ne pas convenir à tous les types d’investisseurs car ils comportent un degré de risque élevé. Vous risquez de perdre la totalité de votre investissement initial. Ne spéculez qu’avec de l’argent que vous pouvez vous permettre de perdre. Les variations des taux de change peuvent également entraîner une augmentation ou une baisse de la valeur de votre investissement. Les lois fiscales peuvent être sujettes à changement. Veuillez vous assurer de bien comprendre les risques encourus. En cas de doute, veuillez consulter un conseiller financier indépendant. Les investisseurs doivent se reporter à la section intitulée «Facteurs de risque» du prospectus correspondant pour plus de détails sur ces risques et sur d’autres risques liés à un investissement dans les titres offerts par l’émetteur. Investir avec de l’effet de levier Les ETPs de Leverage Shares offrent un effet de levier et ne conviennent qu’aux investisseurs expérimentés connaissant les risques et les avantages potentiels des stratégies d’investissement à effet de levier. Cookies Leverage Shares Management Company peut collecter des données sur votre ordinateur, y compris votre adresse IP, votre système d’exploitation et le type de navigateur, pour l’administration du système et à d’autres fins similaires (cliquez ici pour plus d’informations). Il s’agit de données statistiques sur les actions et les habitudes de navigation des utilisateurs, et elles n’identifient aucun utilisateur individuel du site web. Ceci est réalisé par l’utilisation de cookies. Un cookie est un petit fichier de lettres et de chiffres qui est placé sur votre ordinateur si vous l’acceptez. En cliquant sur «J’accepte» ci-dessous, vous consentez à l’utilisation des cookies comme décrit ici. Ces cookies vous permettent de vous distinguer des autres utilisateurs du site web, ce qui permet à Leverage Shares Company de vous offrir une meilleure expérience lorsque vous naviguez sur le site web et permet également d’améliorer le site web de temps à autre. Veuillez noter que vous pouvez ajuster les paramètres de votre navigateur pour supprimer ou bloquer les cookies, mais vous ne pourrez peut-être pas accéder à certaines parties de notre site web sans eux. En cliquant, vous acceptez les conditions générales affichées.