fbpx

Amazon: Reduced Sales, Chaotic Earnings

Amazon is an odd and messy « mega-cap » stock. Its highly-valued e-commerce business initially fueled the growth of a cloud computing infrastructure business that later went on to subsidize the entire company which went to start a multimedia content business ostensibly designed to drive e-commerce adoption. Late last year, after a wave of prominent activist investor called for such conglomerates with disparate to simplify value propositions and enhance asset valuations, two American giants – Johnson & Johnson and General Electric – announced plans to break up.

On account of the company’s AWS being highly-vaunted, Amazon largely resisted calls to break up in a year when 51 other companies committed to. However, this year, debate on this continues on a more low-key basis in institutional investor and hedge fund circles. On the more public side were demands from a prominent U.S.-based small business coalition at the dawn of Q2 – and potential special interest group with legislative influence. Shortly after this came a hotly-contested piece of legislation making its way through the U.S. legislature that aims to limit the influence wielded by the likes of Amazon on national commerce. Meanwhile, the company’s India e-commerce business remains mired in controversy that could potentially drain the goodwill it received when entering the market – just as its China business did before shutting down. Earlier this year, the company announced that it’s even shutting its Kindle Store in China.

Whether the legislation passes or not is presently a matter of conjecture; what is relevant that the « chimera », while well-funded, hasn’t been very nimble lately.

Segment Incomes and Trends

Given that it is a company with high scalability costs – be it in e-commerce or cloud infrastructure, lets consider segment operating incomes from the company’s financial statements for a « heat map » schema used in recent articles to highlight each segment’s operating income share each quarter:

One modification was done to the « heat map » schema here: the company’s share buyback program – which kicked it into effect this year, as per the financial statements – has been included to highlight the effects on the company’s earned income. If the share buyback program were to be considered relative to total operating income earned, the company has been burning through them the past two quarters. In fact, as the « heat map » shows it has burnt more in share buybacks than it has earned as income in Q2. 

The negative rates in the Year Till Date (YTD) are quite interesting in that they show how much AWS has been carrying the load in recent times. As the « heat map » indicates, the company’s e-commerce + content segment (which is the only way one can analyze the befuddling mix of Prime Studios and e-commerce) had largely held their own on a « North America + International » basis quite decently until Q2 of last year. The segments began their sag from the Q3 results of last year onwards. 

Next, the « heat map » schema is applied on quarter-on-quarter (QoQ) growth in operating income to determine segment trends:

Once again, the « heat map » breaks down after Q2 2021, requiring manual intervention. The cells marked in yellow with the red text are excluded from the « heat map » formulation. The trend analysis here yields some interesting facets nonetheless:

  1. In terms of growth, the AWS segment has the only one that has shown positive growth all the way until Q2 of this year.
  2. The « e-commerce + content » segments have been a mixed bag, to put it mildly. Incomes for the « International » segment was negative in Q1 2020 (as well as Q4 2019) but there was a long period of positive incomes for both North America and International segments since then till Q3 2021, where the International segment fell into the negative once again. Since Q4 2021, both segments have been negative, with the International segment leading in losses in two of three quarters (the « North America » segment led in Q1 2022).

The negative trends since Q4 2021 is the reason why manual intervention was required: for the International segment, Q4 2021 was a larger loss than the previous quarter but the « heat map » would paint it in a positive colour. Similarly, Q1 2022 was a larger loss for the « North America » segment than the previous quarter and the « heat map » would have shown this as a positive. 

While Q2 of this year has the « North America » segment showing a lower loss and the « International » segment a higher loss than in the previous quarter, the fact remains that losses have continued.

Macroeconomic Factors and Price Ratio Trends

When it comes to business of e-commerce, there are at least some intuitive commonalities with the likes of Meta Platforms (which was covered last week) and Alphabet: if the general public lowers consumption, this has an impact on the bottom lines of a company operating in this space, no matter how well-managed it is. 

For instance, in the U.S. Census Bureau’s Monthly Retail Trade Report, the « Monthly » indicator shows a slight stabilization of sorts – with even a slight uptick – in the first two months of Q3.

In the Advance Report (ex-Auto & Gas) – which has tended to show the same trends as in the Monthly Report, September is seen to be indicating lower sales.

The overall macroeconomic outlook has been covered in a number of articles over the past few months. It’s not a pretty picture: individual debt remains high and wage earnings growth isn’t really keeping up with inflation. Consumer Price Index levels show a returning trend in increasing month-on-month deltas in inflation since July:

With an ongoing squeeze in incomes and spends, the proposition of weak retail sales till September (both actual and advance) can be merged with the CPI trajectory to infer that while dollar sales might be stable and even upward-trending, sale volumes are decreasing. 

An examination of the trends in the Price to Earnings (PE) Ratio relative to the broad-market S&P 500 with correlation as a « goodness of fit » measure would be in order, similar to that done for Apple as well as Meta and Alphabet.

As it turns out, unlike with the three aforementioned FAANG stocks, trends are utterly dissimilar. The stock has traditionally been rather highly valued and shows little correlation with trends in the other constituents of the S&P 500. In the Year to Date (YTD), the stock’s valuation shows an outsized sensitivity to the crests and troughs of the broad index. One lesson that should be eminent in the year so far is: with overvaluation comes volatility. 

This overvaluation is evident even in consensus estimates for the stock in the YTD so far: the company has missed them by a massive margin.

A sort of unwritten rule of thumb among institutional analysts is that earnings growth are generally estimated somewhat conservatively. As a result, positive earnings surprises tend to be more common than not. As a result of the surprise, there is even a momentary bump in the stock’s price. In the company’s case, the analysts’ valuation models get cloudy because of its disparate businesses and individual investors often miss the point that messy value propositions isn’t the same as robustness. 

Individual investors have been exiting the market in droves throughout the year, with the last week of September alone accounting for nearly as much in exits as the rest of that month.

The forward earnings of the broad market (i.e. the S&P 500) is under significant bearish pressure and has already erased valuation gains nearly all the way back to start of 2019.

What does help the company’s stock, however, is a facet gleaned from a number of reports produced by investment houses in the last couple of weeks that indicated that high-net worth investors and institutional investors have switched to purchasing broader ETFs over stocks. While inflows have increasingly been towards defensives and energy, consumer discretionary have also witnessed an uptick in buy-ins.

Given that the company’s stock is included as a constituent of many broad market ETFs as well as consumer discretionary ETFs, it is quite likely that the stock price will witness some rises as further units of ETFs are created and traded. Historically, investment managers managing passive investment vehicles have had a significant presence in the stock’s ownership patterns. 

Macroeconomic Factors and Price Ratio Trends

It is quite likely that the company will miss consensus earnings estimates for Q3. At the same time, there’s every possibility that most analysts might have adjusted their models as a result of which the company’s upcoming earnings will be a positive surprise.

Given lowered liquidity, there’s no telling if the stock price bump will be pronounced or even sustained. At the same time, given the increasing switch to ETFs over « single names » and the fact that ETF issuers have to physically purchase the underlying to create new issuances, even a bearish trend could show up in the charts as being bucked. 

At this juncture, on the question of whether to « buy » or « sell » this fine mess, your guess is as good as ours.

Exchange-Traded Products (ETPs) offer substantial potential to gain magnified exposure with potential losses limited to only the invested amount and no further. Learn more about Exchange Traded Products providing exposure on either the upside or the downside to the S&P 500, and the upside or the downside to Amazon’s stock.

Articles Similaires

A quick study on the effects of market behaviour on the returns of a 3X ETP vs a 2X ETP.
A quick study on the effects of market behaviour on the returns of a 3X ETP vs a 2X ETP.

Chercher

Search
Generic filters
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in excerpt
Filter by Categories
Education FR
ETPs
Featured FR
In the press FR
Insight FR
Market Insights FR
Research FR
Uncategorized
WebsimFR
Search
Generic filters
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in excerpt
Filter by Categories
Education FR
ETPs
Featured FR
In the press FR
Insight FR
Market Insights FR
Research FR
Uncategorized
WebsimFR

Violeta Todorova

Senior Research

Violeta a rejoint Leverage Shares en septembre 2022. Elle est chargée de mener des analyses techniques et des recherches sur les actions et macroéconomiques, fournissant des informations importantes pour aider à façonner les stratégies d’investissement des clients.

Avant de rejoindre LS, Violeta a travaillé dans plusieurs sociétés d’investissement de premier plan en Australie, telles que Tollhurst et Morgans Financial, où elle a passé les 12 dernières années de sa carrière.

Violeta est une technicienne de marché certifiée de l’Australian Technical Analysts Association et est titulaire d’un diplôme d’études supérieures en finance appliquée et investissement de Kaplan Professional (FINSIA), Australie, où elle a été conférencière pendant plusieurs années.

Julian Manoilov

Analyste senior

Julian a étudié l’économie, la psychologie, la sociologie, la politique européenne et la linguistique. Il possède de l’expérience en matière de développement commercial et de marketing grâce à des entreprises qu’il a lui-même créées.

Pour Julian, Leverage Shares est une entreprise innovante dans le domaine de la finance et de la fintech, et il se réjouit toujours de partager les prochaines grandes avancées avec les investisseurs du Royaume-Uni et d’Europe.

Oktay Kavrak

Directeur

Oktay a rejoint Leverage Shares fin 2019. Il est responsable de la croissance de l’activité à travers des relations clés et le développement de l’activité commerciale sur les marchés anglophones. 

Il a rejoint LS après UniCredit, où il était responsable des relations avec les entreprises pour les multinationales. Il a également travaillé au sein de sociétés telles qu’IBM Bulgarie et DeGiro / FundShare dans le domaine de la finance d’entreprise et de l’administration de fonds.

Oktay est titulaire d’une licence en finance et comptabilité et d’un certificat d’études supérieures en entrepreneuriat du Babson College. Il est également détenteur de la certification CFA.

Sandeep Rao

Recherche

Sandeep a une longue expérience des marchés financiers. Il a débuté sa carrière en tant qu’ingénieur financier au sein d’un hedge fund basé à Chicago. Pendant huit ans, il a travaillé dans différents domaines et organisations, de la division Prime Services de Barclays Capital à l’équipe de recherche sur les indices du Nasdaq (plus récemment).

Sandeep est titulaire d’un master spécialisé en finance et d’un master en administration des affaires de I’Institut de technologie de Chicago.

Welcome to Leverage Shares

Conditions Générales Notice Si vous n’êtes pas considérés comme un investisseur institutionnel, vous serez donc classés comme investisseur particulier. Pour le moment, nous ne pouvons pas envoyer de communications directement aux investisseurs particuliers. Vous êtes invités à consulter le contenu de ce site web et à enregistrer vos coordonnées afin que nous puissions vous contacter dans l’avenir, mais nous ne vous enverrons aucun document directement. Si vous considérés comme un « Investisseur institutionnel », vous affirmez soit que vous êtes effectivement un client professionnel, soit que vous souhaitez être traité comme un client professionnel tel que défini dans la directive sur les marchés d’instruments financiers, ou un équivalent dans une juridiction extérieure à l’Espace économique européen. Ce site web est géré par Leverage Shares Management Company, qui est une société à responsabilité limitée et est constituée en Irlande avec des sièges sociaux au 2 Grand Canal Square, Grand Canal Harbour, Dublin 2. Le contenu de ce site Web a été approuvé en vertu de la S21 de la Financial Services and Markets Act 2000 par Resolution Compliance Limited. Resolution Compliance Limited est autorisée et réglementée par la Financial Conduct Authority (FRN 574048). Ce site web est fourni à titre informatif uniquement et ne constitue pas un conseil en investissement ou une offre de vente ou une sollicitation d’achat ou d’investissement. Rien sur ce site web ne constitue un conseil sur le bien-fondé d’un produit ou d’un investissement, rien ne constitue un conseil d’investissement, juridique, fiscal ou tout autre conseil, ni ne doit être utilisé pour prendre une décision d’investissement. Les investisseurs potentiels doivent obtenir des conseils en investissement indépendants et s’informer des exigences légales applicables, des réglementations de contrôle des changes et des taxes dans leur juridiction. Ce site web est conforme aux exigences réglementaires du Royaume-Uni. Il peut y avoir des lois dans votre pays, lieu de résidence ou dans le pays à partir duquel vous accédez à ce site web qui restreignent la mesure dans laquelle le site web peut être mis à votre disposition. Visiteurs des États-Unis Les informations fournies sur ce site ne s’adressent à aucune personne résidante aux États-Unis, ni à aucune personne citoyenne des États-Unis, à aucun de ses États ou à aucun de ses territoires ou possessions. Personnes accédant à ce site Web dans l’Espace économique européen L’accès à ce site est limité aux non-américains. Aux personnes en dehors des États-Unis au sens du règlement S en vertu de la loi américaine Securities Act de 1933, telle que modifiée (la «Securities Act»). Chaque personne accédant à ce site, ce faisant, reconnaît que: (1) il ne s’agit pas d’une personne américaine (au sens du règlement S en vertu de la Securities Act) et est situé en dehors des États-Unis (au sens du Règlement S en vertu de la Securities Act); et (2) tous les titres décrits dans le présent document (A) n’ont pas été et ne seront pas enregistrés en vertu de la Securities Act ou auprès d’une autorité en valeurs mobilières d’un État ou d’une autre juridiction et (B) ne peuvent être offerts, vendus, mis en gage ou autrement transférés sauf aux personnes en dehors des États-Unis conformément au règlement S en vertu de la Securities Act conformément aux conditions de ces titres. Aucun des fonds figurant sur ce site Web n’est enregistré en vertu de la loi américaine sur les conseillers en investissement de 1940, telle que modifiée (la «loi sur les conseillers»). Exclusion de responsabilité Certains documents mis à disposition sur le site Internet ont été préparés et émis par des personnes autres que Leverage Shares Management Company. Cela inclut tout document de prospectus. Leverage Shares Management Company n’est en aucun cas responsable du contenu d’un tel document. Sauf dans ces cas, les informations sur le site ont été fournies de bonne foi et tous les efforts ont été faits pour en assurer l’exactitude. Néanmoins, Laverage Shares Management Company ne sera pas responsable des pertes résultant de la confiance accordée à une partie du site Web et elle garantit l’exactitude de toute information ou contenu sur le site Web. La description de tout titre ETP mentionnée dans ce site web est générale. Les termes et conditions applicables aux investisseurs seront précisés dans le Prospectus, disponible sur le site Internet et devront être lus avant tout investissement. Avertissements concernant les risques La valeur d’un investissement dans des ETP peut baisser ou augmenter et les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. La négociation d’ETP peut ne pas convenir à tous les types d’investisseurs car ils comportent un degré de risque élevé. Vous risquez de perdre la totalité de votre investissement initial. Ne spéculez qu’avec de l’argent que vous pouvez vous permettre de perdre. Les variations des taux de change peuvent également entraîner une augmentation ou une baisse de la valeur de votre investissement. Les lois fiscales peuvent être sujettes à changement. Veuillez vous assurer de bien comprendre les risques encourus. En cas de doute, veuillez consulter un conseiller financier indépendant. Les investisseurs doivent se reporter à la section intitulée «Facteurs de risque» du prospectus correspondant pour plus de détails sur ces risques et sur d’autres risques liés à un investissement dans les titres offerts par l’émetteur. Investir avec de l’effet de levier Les ETPs de Leverage Shares offrent un effet de levier et ne conviennent qu’aux investisseurs expérimentés connaissant les risques et les avantages potentiels des stratégies d’investissement à effet de levier. Cookies Leverage Shares Management Company peut collecter des données sur votre ordinateur, y compris votre adresse IP, votre système d’exploitation et le type de navigateur, pour l’administration du système et à d’autres fins similaires (cliquez ici pour plus d’informations). Il s’agit de données statistiques sur les actions et les habitudes de navigation des utilisateurs, et elles n’identifient aucun utilisateur individuel du site web. Ceci est réalisé par l’utilisation de cookies. Un cookie est un petit fichier de lettres et de chiffres qui est placé sur votre ordinateur si vous l’acceptez. En cliquant sur «J’accepte» ci-dessous, vous consentez à l’utilisation des cookies comme décrit ici. Ces cookies vous permettent de vous distinguer des autres utilisateurs du site web, ce qui permet à Leverage Shares Company de vous offrir une meilleure expérience lorsque vous naviguez sur le site web et permet également d’améliorer le site web de temps à autre. Veuillez noter que vous pouvez ajuster les paramètres de votre navigateur pour supprimer ou bloquer les cookies, mais vous ne pourrez peut-être pas accéder à certaines parties de notre site web sans eux. En cliquant, vous acceptez les conditions générales affichées.