fbpx

Airbnb and Uber: All Set to Take Off?

Few stocks exemplify the gig economy as much as the likes of Airbnb and Uber. Airbnb challenges the near-exclusivity of large hotel chains while Uber has almost completely diminished the monopoly of heavily-organised taxi operators.

The pandemic, however, was a challenging time for certain sections of the economy: travel restrictions and reduced commutes spelt an ominous time for these rising stars. In this article, we highlight the latest goings-on that a shrewd investor would be sure to take into consideration.

Airbnb: Up Until the Pandemic

Prior to its IPO on December 10 of last year, Airbnb went from strength to strength in its yearly valuations by private investors. In 2015, it was the first company to enter Cuba after the Obama Administration’s easing of restrictions. Its roster of investors – both past and present – included the likes of venture capital firm Andreessen Horowitz, Hollywood actor Ashton Kutcher, Google Capital and Technology Crossover Ventures (TCV).

In terms of economic impact measured in terms of both host earnings as well as other expenses borne by users, the company’s biggest beneficiary was estimated to be the U.S., with mostly other Western countries making up the rest of the Top 10 list.

But then the pandemic hit. The company laid off 25% of its workforce – around 1,900 employees – in May 2020. The company lowered its internal valuation from $31 billion to $26 billion, and considered delaying plans for an IPO – before going public in December to raise $3.5 billion of capital.

The number of bookings vis-à-vis revenues painted a similarly grim picture.

In terms of competitive landscape, the company –as of 2019 – was the junior-most but growing competitor to other travel portals in terms of gross bookings. However, it is no stretch to assume that 2020 was a bad year for both Airbnb and its competitors.

Comparative Market Share of Gross Bookings in 2019

Uber: Up Until the Pandemic

Starting off as UberCab in 2009, Uber became the brand most people associate with ride-hailing after it took the U.S. by storm and expanded into Europe, Asia and South America. The company has three arms: Eats (a food delivery service), Freight (a logistics service) and an autonomous vehicle unit (Advanced Technologies Group or “ATG”).

On May 10, 2019, the company went public with an IPO following which the share price dropped 11%, resulting in the biggest IPO first-day dollar loss in US history. Doing a side-by-side comparison of the company’s performance versus its perception and growth reveals that high revenues do not necessarily translate to high profits.

To understand why, it’s important to note that Uber is actively at war with the organised personal transportation sector. To draw customers towards it, the company expends a vast sum of money on administrative expenses to continuously draw in a large pool of drivers as well as on marketing and promotions to keep users hooked. The charges levied on a user does not go very far in keeping the drivers interested and are too low to translate to a high profit for the company. In other words, every ride on Uber actually costs the company money.

After the pandemic hit, the company announced plans to lay off around 14% of its workforce – 3,700 employees – followed by an announcement a fortnight later that a further 3,000 employees would be laid off and 45 office locations would be closed.

As a whole, North America was and remains its major revenue earner.

The company’s Eats and Freights arms weren’t historically a major revenue earner. However, the Eats arm proved to be a lifesaver for the company during the pandemic when food delivery orders skyrocketed.

In fact, in terms of revenues earned, Uber bounced back from the effects of the pandemic very quickly and built an upward momentum from Q3 2020 onwards.

But, we reiterate, whether high revenues translates to profits passed down to Uber’s shareholders is a question mark.

Another key feature of the company has been its active acquisition/partnership spree. In 2016, the company sold its China operations to DiDi in exchange for an 18% stake in DiDi and a commitment from the latter to invest $1 billion in Uber. In 2018, Uber combined its operations in Russia and some CIS countries with those of Yandex.Taxi and invested $225 million in the joint venture. It did the same with Southeast Asia-based Uber clone Grab in exchange for a 27.5% ownership stake. In 2020, it acquired Careem – an Uber clone in the Middle East and North Africa – and sold its Eats operation in India to Zomato in exchange for a 9.99% stake.

Interestingly, in these current times, the company acquired U.S. delivery service Postmates for $2.65 billion in December of last year. In January of this year, Uber ATG was sold to self-driving startup Aurora Innovation for $4 billion while Uber invested $400 million into Aurora to take a 26% stake. In February, the company announced the purchase of U.S. alcohol delivery service Drizly for $1.1 billion in cash and stock.

All of these investments will be additional sources of market value impact for the company’s stock.

Airbnb and Uber: Where They Stand Today

In many respects, the two companies are quite similar despite being in different areas of the economy: their primary market is North America, they’re both champions of the “gig economy”, they’ve both had a grim 2020, and they both started off 2021 with a bang by outperforming the S&P 500 in Q1 2021.

In Q2 2021, however, the difference in outlook between the two becomes apparent. Airbnb is widely expected – even by Reddit’s avid stock-watching crowds – to become a highly-valued stock. Airbnb CEO Brian Chesky stated during the Q1 2021 update that the company expects the return of urban and cross-border travel to give the company significant tailwinds in the coming quarters. On top of that, as remote work becomes more and more prominent, this will likely boost the company’s home-sharing segment.

Meanwhile, Uber – like most Western ride-sharing companies – has been battling lack of driver availability, many of whom sought other avenues of work during the pandemic. As a result, fares in the U.S. have risen by an average of 40% in the month of June. But the company does have a ray of light in in the East – its stake in DiDi Chuxing (presently diluted to 15.4%) is bound to add an estimated $9-12.8 billion in value to Uber after the Chinese ride-sharing behemoth goes public later this year. DiDi also owns the largest electric vehicle charging network in China, with over 30% market share of total public charging volume in the first quarter of 2021. This, too, will prove to be an indirect means of shoring up Uber’s profits since China is the world’s largest market for electric vehicles.

However, in the immediate short term, Uber’s investee is in hot water: less than a week after DiDi listed on the New York Stock Exchange, the Chinese government announced on July 2nd that new users would not be able to download the company’s ride-hailing app due to an ongoing review after the Cyberspace Administration of China (CAC) reported that the app illegally collected users’ personal data. By July 6th, the company’s newly-listed shares fell more than 19% and lost $15 billion of market value on that day alone. The company also faces two lawsuits in US federal courts alleging that the company failed to disclose ongoing talks with Chinese authorities on this matter. For Uber, this is a cause for concern: the perceived diversification benefits from its investment doesn’t seem to be bearing fruit just yet. However, in the long run – barring DiDi’s complete closure by the Chinese government – it is still likely that investment benefits would materialize after the matter at hand is satisfactorily resolved.

Of course, the direction in which the stock is supposed to go is a matter of intense conjecture. Whether up or down, the price trajectory can be reasonably expected to be quite bumpy.

References:

  1. Uber Revenue and Usage Statistics (2021), Business of Apps
  2. Understanding Why Uber Loses Money, Crunchbase News
  3. Airbnb Revenue and Usage Statistics (2021), Business of Apps
  4. Here’s how much Uber, Softbank and Tencent can possibly gain from Didi’s IPO — the largest Chinese share sale since Alibaba, Business Insider

Articles Similaires

A quick study on the effects of market behaviour on the returns of a 3X ETP vs a 2X ETP.
A quick study on the effects of market behaviour on the returns of a 3X ETP vs a 2X ETP.

Chercher

Search
Generic filters
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in excerpt
Filter by Categories
Education FR
ETPs
Featured FR
In the press FR
Insight FR
Market Insights FR
Research FR
Uncategorized
WebsimFR
Search
Generic filters
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in excerpt
Filter by Categories
Education FR
ETPs
Featured FR
In the press FR
Insight FR
Market Insights FR
Research FR
Uncategorized
WebsimFR

Violeta Todorova

Senior Research

Violeta a rejoint Leverage Shares en septembre 2022. Elle est chargée de mener des analyses techniques et des recherches sur les actions et macroéconomiques, fournissant des informations importantes pour aider à façonner les stratégies d’investissement des clients.

Avant de rejoindre LS, Violeta a travaillé dans plusieurs sociétés d’investissement de premier plan en Australie, telles que Tollhurst et Morgans Financial, où elle a passé les 12 dernières années de sa carrière.

Violeta est une technicienne de marché certifiée de l’Australian Technical Analysts Association et est titulaire d’un diplôme d’études supérieures en finance appliquée et investissement de Kaplan Professional (FINSIA), Australie, où elle a été conférencière pendant plusieurs années.

Julian Manoilov

Analyste senior

Julian a étudié l’économie, la psychologie, la sociologie, la politique européenne et la linguistique. Il possède de l’expérience en matière de développement commercial et de marketing grâce à des entreprises qu’il a lui-même créées.

Pour Julian, Leverage Shares est une entreprise innovante dans le domaine de la finance et de la fintech, et il se réjouit toujours de partager les prochaines grandes avancées avec les investisseurs du Royaume-Uni et d’Europe.

Oktay Kavrak

Directeur

Oktay a rejoint Leverage Shares fin 2019. Il est responsable de la croissance de l’activité à travers des relations clés et le développement de l’activité commerciale sur les marchés anglophones. 

Il a rejoint LS après UniCredit, où il était responsable des relations avec les entreprises pour les multinationales. Il a également travaillé au sein de sociétés telles qu’IBM Bulgarie et DeGiro / FundShare dans le domaine de la finance d’entreprise et de l’administration de fonds.

Oktay est titulaire d’une licence en finance et comptabilité et d’un certificat d’études supérieures en entrepreneuriat du Babson College. Il est également détenteur de la certification CFA.

Sandeep Rao

Recherche

Sandeep a une longue expérience des marchés financiers. Il a débuté sa carrière en tant qu’ingénieur financier au sein d’un hedge fund basé à Chicago. Pendant huit ans, il a travaillé dans différents domaines et organisations, de la division Prime Services de Barclays Capital à l’équipe de recherche sur les indices du Nasdaq (plus récemment).

Sandeep est titulaire d’un master spécialisé en finance et d’un master en administration des affaires de I’Institut de technologie de Chicago.

Welcome to Leverage Shares

Conditions Générales Notice Si vous n’êtes pas considérés comme un investisseur institutionnel, vous serez donc classés comme investisseur particulier. Pour le moment, nous ne pouvons pas envoyer de communications directement aux investisseurs particuliers. Vous êtes invités à consulter le contenu de ce site web et à enregistrer vos coordonnées afin que nous puissions vous contacter dans l’avenir, mais nous ne vous enverrons aucun document directement. Si vous considérés comme un « Investisseur institutionnel », vous affirmez soit que vous êtes effectivement un client professionnel, soit que vous souhaitez être traité comme un client professionnel tel que défini dans la directive sur les marchés d’instruments financiers, ou un équivalent dans une juridiction extérieure à l’Espace économique européen. Ce site web est géré par Leverage Shares Management Company, qui est une société à responsabilité limitée et est constituée en Irlande avec des sièges sociaux au 2 Grand Canal Square, Grand Canal Harbour, Dublin 2. Le contenu de ce site Web a été approuvé en vertu de la S21 de la Financial Services and Markets Act 2000 par Resolution Compliance Limited. Resolution Compliance Limited est autorisée et réglementée par la Financial Conduct Authority (FRN 574048). Ce site web est fourni à titre informatif uniquement et ne constitue pas un conseil en investissement ou une offre de vente ou une sollicitation d’achat ou d’investissement. Rien sur ce site web ne constitue un conseil sur le bien-fondé d’un produit ou d’un investissement, rien ne constitue un conseil d’investissement, juridique, fiscal ou tout autre conseil, ni ne doit être utilisé pour prendre une décision d’investissement. Les investisseurs potentiels doivent obtenir des conseils en investissement indépendants et s’informer des exigences légales applicables, des réglementations de contrôle des changes et des taxes dans leur juridiction. Ce site web est conforme aux exigences réglementaires du Royaume-Uni. Il peut y avoir des lois dans votre pays, lieu de résidence ou dans le pays à partir duquel vous accédez à ce site web qui restreignent la mesure dans laquelle le site web peut être mis à votre disposition. Visiteurs des États-Unis Les informations fournies sur ce site ne s’adressent à aucune personne résidante aux États-Unis, ni à aucune personne citoyenne des États-Unis, à aucun de ses États ou à aucun de ses territoires ou possessions. Personnes accédant à ce site Web dans l’Espace économique européen L’accès à ce site est limité aux non-américains. Aux personnes en dehors des États-Unis au sens du règlement S en vertu de la loi américaine Securities Act de 1933, telle que modifiée (la «Securities Act»). Chaque personne accédant à ce site, ce faisant, reconnaît que: (1) il ne s’agit pas d’une personne américaine (au sens du règlement S en vertu de la Securities Act) et est situé en dehors des États-Unis (au sens du Règlement S en vertu de la Securities Act); et (2) tous les titres décrits dans le présent document (A) n’ont pas été et ne seront pas enregistrés en vertu de la Securities Act ou auprès d’une autorité en valeurs mobilières d’un État ou d’une autre juridiction et (B) ne peuvent être offerts, vendus, mis en gage ou autrement transférés sauf aux personnes en dehors des États-Unis conformément au règlement S en vertu de la Securities Act conformément aux conditions de ces titres. Aucun des fonds figurant sur ce site Web n’est enregistré en vertu de la loi américaine sur les conseillers en investissement de 1940, telle que modifiée (la «loi sur les conseillers»). Exclusion de responsabilité Certains documents mis à disposition sur le site Internet ont été préparés et émis par des personnes autres que Leverage Shares Management Company. Cela inclut tout document de prospectus. Leverage Shares Management Company n’est en aucun cas responsable du contenu d’un tel document. Sauf dans ces cas, les informations sur le site ont été fournies de bonne foi et tous les efforts ont été faits pour en assurer l’exactitude. Néanmoins, Laverage Shares Management Company ne sera pas responsable des pertes résultant de la confiance accordée à une partie du site Web et elle garantit l’exactitude de toute information ou contenu sur le site Web. La description de tout titre ETP mentionnée dans ce site web est générale. Les termes et conditions applicables aux investisseurs seront précisés dans le Prospectus, disponible sur le site Internet et devront être lus avant tout investissement. Avertissements concernant les risques La valeur d’un investissement dans des ETP peut baisser ou augmenter et les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. La négociation d’ETP peut ne pas convenir à tous les types d’investisseurs car ils comportent un degré de risque élevé. Vous risquez de perdre la totalité de votre investissement initial. Ne spéculez qu’avec de l’argent que vous pouvez vous permettre de perdre. Les variations des taux de change peuvent également entraîner une augmentation ou une baisse de la valeur de votre investissement. Les lois fiscales peuvent être sujettes à changement. Veuillez vous assurer de bien comprendre les risques encourus. En cas de doute, veuillez consulter un conseiller financier indépendant. Les investisseurs doivent se reporter à la section intitulée «Facteurs de risque» du prospectus correspondant pour plus de détails sur ces risques et sur d’autres risques liés à un investissement dans les titres offerts par l’émetteur. Investir avec de l’effet de levier Les ETPs de Leverage Shares offrent un effet de levier et ne conviennent qu’aux investisseurs expérimentés connaissant les risques et les avantages potentiels des stratégies d’investissement à effet de levier. Cookies Leverage Shares Management Company peut collecter des données sur votre ordinateur, y compris votre adresse IP, votre système d’exploitation et le type de navigateur, pour l’administration du système et à d’autres fins similaires (cliquez ici pour plus d’informations). Il s’agit de données statistiques sur les actions et les habitudes de navigation des utilisateurs, et elles n’identifient aucun utilisateur individuel du site web. Ceci est réalisé par l’utilisation de cookies. Un cookie est un petit fichier de lettres et de chiffres qui est placé sur votre ordinateur si vous l’acceptez. En cliquant sur «J’accepte» ci-dessous, vous consentez à l’utilisation des cookies comme décrit ici. Ces cookies vous permettent de vous distinguer des autres utilisateurs du site web, ce qui permet à Leverage Shares Company de vous offrir une meilleure expérience lorsque vous naviguez sur le site web et permet également d’améliorer le site web de temps à autre. Veuillez noter que vous pouvez ajuster les paramètres de votre navigateur pour supprimer ou bloquer les cookies, mais vous ne pourrez peut-être pas accéder à certaines parties de notre site web sans eux. En cliquant, vous acceptez les conditions générales affichées.